AZAWAD

AZAWAD

الثلاثاء، 20 محرم 1434 هـ

اخوتي الأعزاء سيظل أزواد للأزواديين شاء من شاء وأبى من أبى


اخوتي الأعزاء لقــد: 1- تم معرفة هدف ما يسمى بالقاعدة في المغرب الإسلامي، هم عبارة عن جيش جزائري أوجدته المخابرات الجزائرية باسم رجال التبليغ في البداية ثم تكون وأصبح القاعدة، وكما صرّح رئيسهم مصعب، في الجزيرة هدفهم حماية مالي ووحدة أراضيها، بمعنى أن الجزائر عرفت تماماً أن مالي لا يمكن أن تحكم أزواد، فجائت الجزائرة الآن تحارب الأزواديين بمسميات إسلامية مستعارة نيابة عن مالي أي لتحمي مالي من الأزواد
يين.
2- تمّ معرفة هدف إيّاد أغ أغالي، بمعنى تم معرفة هدف أنصار الدين، والذي يكمن في أن الإسلام بريئ منهم براءة الذئب من دم يوسف عليه السلام هم ومن معهم من القاعدة وحركة التوحيد وغيرهم من المغرر بهم، كل هذه الجماعات الثلاثة أسسها المخابرات الجزائرية لإجهاض حلم الأزواديين، أنصار الدين يعملون تحت أوامر من المخابرات الجزائرية، هدفها إلحاق أزواد بمالي، نفس الشيء أنصار والتوحيد والقاعدة ثلاث أوجه لعملة واحدة.
3- لقد تم معرفة من مع الشعب الأزوادي ومن ليس معهم في المسيرة والشعب الأزوادي هو الحركة الوطنية لتحرير ازواد. كل هذه الحقائق أدركها الشعب الأزوادي اليوم بجميع مكوناته الأربع، علموا علم اليقين أن الجماعات التي تدّعي الإسلام والألوهية، الإسلام بريئ منها براءة الذئب من دم يوسف عليه السلام، وهذا، نجاح كبير جداً بالنسبة للشعب الأزوادي ونجاح كبير للعالم أن يعلم الكل أن هناك من يستخدم شعارات ورايات إسلامية لتحقيق مصالحه الخاص وإجهاض أحلام المساكين التي تتمثل في حريتهم فوق أراضيهم.
أفيدكم بأن طموح الأزواديين لا أحد يستطيع أن يفنيه ولا أحد يستطيع أن يميت الحركة الوطنية لتحرير أزواد أو يخرجها على أرض الواقع فالحركة الوطنية لتحرير أزواد موجودة بدون شك ما دام الشعب الأزوادي موجود، فالحركة ليست لزعماء المصالح، الحركة للشعب وليست للزعماء، الحركة هي إرادة الشعب والشعب ولله الحمد والمنة يزداد وعياً يوما بعد يوم، والشعب الأزوادي ليس هو الشعب في القرنين 19-20 الماضية، التي يباد ويباع من غير علم أحد، الحركة اليوم هي حركة الشعب لا يضعفها خروج علاّن ولا فلان، ولا يميتها خيانة زعيم ولا رئيس، الحركة تتجدد يوم بعد يوم والحركة الآن ستكون أقوى بكثير مما كانت لأن الآن لايبقى فيها إلاّ المخلصين للقضية الأزوادية، والآن. ترقبوا الأحداث فقط فترة لفترة ... ستعرفون أن إرادة الشعوب لا تقهر ...
عليه، فل يخن من يخن وليخرج من الصف من يخرج، فاليخن ناجم وحسن والصلاة وإنتالة وموسى، و...،...،...، والله وتا الله مهما خان من خان ومات من مات لن ولم تتنتهي الثورة الأزوادية إلاّ باستقلال أرض أزواد شاءت الجزائر أم لم تشأ، سيظل أزواد للأزواديين شاء من شاء وأبى من أبى ومن يأبى فل يشرب من بحر الميت. وأدّ إفادتك بحقيقة حقيقية لا غبار عليها، وهي أن مالي انتهت، والذي يخوض الحرب نيابة عن مالي الآن هي الجزائر بكل ماتملك، اخوتي تصورا حقيقة يعرفها الكل وبالأخص من في الميدان، حرب مينكّة مثلا مشترك فيه القاعدة مع ميجاو وأنصار الدين ضد الحركة الوطنية لتحرير أزواد. الذين ماتوا في هذا الحرب أكثرهم من القاعدة معروفين ومن ضمن الذين أحرقت سياراتهم من أنصار الدين، ضف إلى ذلك أن الذين ماتوا قبل الظهر في تلك المعركة كلهم بيض جزائريين خلص وحتى أن الكثير منهم غير ملتحي أصلاً، ثم عندما عادت أنصار الشيب الكرة مع القاعدة وميجاوا عند العصر الذين ماتوا منهم بيض وسود، وعندما عرفت الحركة الحقيقة والتي هي أن الذين يقاتلونهم بقيادة إخوتهم من أنصار الشيب مع القاعد ومرتزقة انسحبوا وتركوا لهم المدينة....
حقيقة الذي يخوض الحرب ضد الأزواديين الآن الجزائر، ومن اشترتهم بدنانيرها، والله المستعان، سوف ينتصر الشعب الأزوادي يوماً من الأيام، وسوف ينتهي دور الزعماء التضليليين ويموتوا يوماً ويفهم الشعب الأزوادي ويتّحد ضد كافة أعدائه وينتصر بإذن الله تعالى. يجب علينا أن لا نقلق قسماً وعظاً النصر قادم بإذن الله، وقد بدأ أصلاً لأن عرفنا أعدائنا من أصدقائا من كل اتجاهات الداخلية والخارجية....

الثلاثاء، 12 رمضان 1433 هـ

Rencontre avec le colonel Machkanani qui nous livre ses souvenirs à coeur ouvert. Il trouve que la cour pénale internationale doit rendre justice aux civils victimes du génocide perpétré par les autorités maliennes à l'égard des peuples de l'Azawad. Il est un témoin vivant des souffrances permanentes que nous avons endurées.
Reportage de Jean-Claude Honorat, images de Bernard Peyrano.
Ce reportage est très important pour aider à comprendre l'Azawad aujourd'hui. En réalité, ce qui se passe aujourd'hui n'est que le prolongement d'un combat qui a commencé en 1963, si ce n'est en 1958...

"AZAWAD, Exode et Résistance" est tourné en 1992. Il montre, pour la première fois, l'armée de l'Azawad. Dans son blog, Jena-Claude Honorat écrit :
"Ces Touaregs que le pouvoir central de Bamako traitait de bandits et de coupeurs de route étaient en fait formés, disciplinés et organisés en véritable structure militaire. L'armée invisible de l'Azawad montrait enfin son vrai visage au monde, mais ce reportage révélait aussi la présence de trente mille civils touaregs fuyant les massacres de l'armée malienne et réfugiés à la frontière mauritanienne dans un état sanitaire désespéré."
Voir le lien suivant : http://vimeo.com/34518414

Reportage publié avec l'autorisation du réalisateur, Jean-Claude Honnorat que nous remercions vivement.

Azawad : Arte-Reportage

 
Un reportage diffusé par ARTE le 29 juin 2012, rediffusé le 6 juillet 2012.
C'est l'un des rares documentaires qui reste objectif sur la situation dans l'Azawad depuis janvier 2012.

Le reportage est réalisé par Olivier Joulie et Laurent Hamida (ARTE GEIE / Camicas Productions - France 2012)

Présentation d'Arte :
10 avril 2012 : les touaregs du Mouvement National de Libération de l'Azawad déclarent unilatéralement l'indépendance d'un territoire grand comme deux fois la France dans le Nord du Mali.

Au lendemain de l'insurrection, une équipe d'Arte Reportage a pu se rendre au milieu des frontières poreuses du Sahel pour tenter de décrypter une situation extrêmement volatile et complexe où s'entremêlent différents mouvements : nationalistes Touaregs, groupes islamistes et djihadistes d'AQMI. Ces derniers, bêtes noires des chancelleries occidentales, ne cachent pas leur ambition : profiter du chaos pour enraciner le djihad aux portes de l'Europe.

Olivier Joulie et Laurent Hamida ont pu passer plusieurs jours à Gao, capitale du nouvel Etat revendiqué par les Touaregs, ville symbole devenue aujourd'hui l'enjeu de tous les combats politiques.

Puis, ils ont traversé les régions désertiques du Nord, fiefs des brigades de combattants d'AQMI, véritable plaie pour la région et pour les mouvements nationalistes touaregs si souvent associés à tort à des salafistes. A la frontière avec l'Algérie, puissance incontournable de la région -- l'aviation algérienne viole discrètement et en toute impunité l'ancien territoire du Mali - des réfugiés, piégés au milieu de nulle part, entre les deux pays, sont abandonnés de tous.

Stigmate d'un conflit post-colonial, vieux de presque 50 ans, notre équipe découvre la violence d'une guerre qui oppose Bamako aux Touaregs de la région depuis l'indépendance. Villages détruits, politique de terre brûlée, répression sanguinaire sur les populations : un terreau propice à l'enracinement et à la prolifération d'un islamisme radical qui tisse sa toile en se nourrissant des tensions régionales. Comme en Somalie ou dans les zones tribales pakistanaises... Ali témoigne de son parcours depuis l'armée malienne jusqu'aux combattants d'AQMI, l'endoctrinement par des prêcheurs venus du Pakistan, avant de rejoindre le mouvement indépendantiste Touareg.

Le constat est inquiétant. Face au statu quo militaire entre l'Etat malien en déliquescence, une organisation africaine, la CEDEAO, incapable de mettre sur pied une force militaire crédible, l'immobilisme de la communauté internationale, le Mouvement National de Libération de l'Azawad, qui représente peut-être aujourd'hui un dernier rempart contre l'intégrisme, risque de se faire dépasser par des éléments étrangers et radicaux. Dans cette hypothèse, la région échapperait alors à tout contrôle...

الجمعة، 1 ذو الحجة 1432 هـ

Taisons les rumeurs!

Nous tenons à travers ces lignes porter à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale le dangereux jeu auquel étaient en train de jouer certains internautes et autres dignitaires et politiciens proche du régime central de Bamako qui n’ont aucun intérêt à ce que l’Unité du Peuple de l’Azawad se réalise. Cette unité est la condition sine qua none pour atteindre le but ultime auquel nous aspirons c'est-à-dire : le droit à l’auto- détermination.

Depuis les récents événements en Libye et dans le Septentrion malien, des rumeurs affolantes circulent au sujet de nombreuses choses. Ces rumeurs de tous ordres s’ajoutent à la campagne de désinformation et à la propagande entretenue sur la toile mondiale et autres médias internationaux par les détracteurs de la cause du Peuple Azawadi ; semant du coups la psychose et la panique générale dans les esprits des populations les plus fragiles de l’Azawad : enfants, femmes et vieillards !

D’abord localement, les rumeurs que nous évoquons font état de certaines choses inimaginables par le temps qu’il fait : notamment des remous sociaux et autres réchauffements de la tension entre les communautés de l’Azawad et probablement la naissance d’une nouvelle rébellion.
Nous apportons ici un démenti formel à toute cette campagne d’intoxication qui vise à faire échoué le Projet de notre peuple, lequel projet commence à recevoir le soutien de la communauté internationale.
Que la société civile et toutes les composantes du vaillant Peuple de l’Azawad et l’opinion publique nationale et internationale sachent que, ces allégations sont déniés de tout fondement et ne reposent sur aucun fait avéré ; au contraire elles contribuent à alimenter la campagne d’intoxication en cours !

Sur la scène internationale, les experts occidentaux de la bande Sahélo- saharienne se donnent à toute sorte d’analyse de la situation: A.Q.M.I serait en train d’utiliser l’Azawad comme base arrière, et serait en train de courtiser les combattants rentrés de Libye pour mieux s’en donner à son Business d’enlèvement d’occidentaux dans la bande Sahélo- saharienne» ; là également, nous démentons avec la dernière énergie ces fausses informations qui n’engage que ces analystes.

Que l’opinion publique nationale et internationale sachent que les combattants rentrés de Libye n’ont nullement pas l’intention de jouer le jeu d’A.Q.M.I, ni de se laisser emporter par les tentations de quelles que nature quelle soit. Au contraire, nos compatriotes rentrent au bercail avec une panoplie de projets : notamment ces du développement durable de leur terroir, la sécurisation de l’ensemble des populations azawadies dans toutes leur composantes : Songhoy,Touareg,Arabes,Peuls, de leurs biens, la lutte contre les cas isolés de banditisme et autres enlèvements de véhicules œuvre de groupuscules armés incontrôlés,une grande campagne de sensibilisation pour lutter contre tout endoctrinement quelconque par A.Q.M.I et la reconstitution du tissu social local afin de réussir l’Unité du Peuple de l’Azawad !

Ce qui se passe concrètement dans le septentrion malien, c’est que depuis plus d’une année une grogne sociale était née, un mouvement social et révolutionnaire dénommé : Mouvement National de Libération de l’Azawad a vu le jour. Il couvre l’étendue du territoire des trois régions du Nord, il est animé par des jeunes cadres issus de l’ensemble des sensibilités du septentrion, de la diaspora et décidés à sortir leur Peuple de la gabegie, du despotisme, et du néocolonialisme malien hérité de la France ; à travers une lutte politique et intellectuelle basée sur le Droit et les valeurs démocratiques universelles.

Un autre facteur qui envenime la psychose qui régnait déjà : le silence des autorités maliennes.
Depuis les récents évènements on constate que, les autorités maliennes se réfugient derrière un silence qui ne dit pas son nom.
En tout état de cause, l’attitude et le comportement des autorités maliennes auront des conséquences dont seul l’Etat malien sera tenu pour responsable !

الخميس، 29 ذو القعدة 1432 هـ

Nous jurons par la Révolution intellectuelle, et les Valeurs Démocratiques universelles de défendre la Cause Azawadie jusqu’au bout !

Au nom d’ALLAH le tout miséricordieux, le très miséricordieux.

Nous jurons par la Révolution intellectuelle, et les Valeurs Démocratiques universelles de défendre la Cause Azawadie jusqu’au bout !

Le peuple de l’AZAWAD, à travers le Mouvement National de Libération de l’AZAWAD appelle le peuple malien et les autorités de la République voisine du Mali à la reconnaissance pure et simple de ses droits bafoués depuis plus de cinquante ans. Le peuple Azawadie, politiquement isolé, socialement marginalisé, économiquement asphyxié; et meurtrie tant dans son âme que dans sa chaire pendant plus de 5 décennies a décidé de mener une lutte politique sans merci contre la colonisation dont il fait l’objet.


Nous avions fait parvenir antérieurement aux autorités politiques du Mali, dans des documents que nous leur avions adressé nos revendications politiques, par conséquent, ces autorités doivent faire preuve de discernement.
Le Mouvement National de Libération de l’AZAWAD, exige de l’Etat malien qu’il reconnaisse sa responsabilité dans les crimes suivants commis contre le peuple azawadie :
- Crimes de guerre, lors de la répression de la révolte de l’Adrar des Ifoghass en 1963;
- Crimes de guerre et crimes contre l’Humanité, lors de la rébellion armée de 1990 ;
- Génocide organisé avec création des milices : décimation des village, campements, viols et empoisonnement des puits et marres en 1995;
- Crimes politiques et crimes contre l’Histoire et la Civilisation depuis 1960 à nos jours : assassinats, morts d’Hommes, guet –happens, aberration grave de l’histoire, pillage de la culture et usurpation de l’Identité, le tout basé sur une marginalisation sans précédant ;
- Crimes économiques et environnementaux: décimation des cheptels, troupeaux, fermeture des marchés forains des zones nomades et incendie des aires de pâturage.


La liste de ces crimes organisés est déjà parvenue à toutes les organisations internationales de défense des Droits de l’Homme, et des discussions sont en cours pour constituer et déposer un dossier conséquent devant la Cour Pénale Internationale et auprès de tous les tribunaux à compétence Universelle, notamment les tribunaux belges.

Une fois que le Mali aura reconnu son entière responsabilité dans tous ces crimes organisés, la voie pourrait être ouverte vers des pourparlers politiques, sur la base des conditions fixées antérieurement dans les documents que nous avions fait parvenir aux autorités maliennes.
Quant à la France, elle doit jouer pleinement son rôle et assumer entièrement sa responsabilité dans cette affaire qui est aussi la tienne.

Dire que la France est un pays démocratique et souverain, qui a des grandes ambitions pour la démocratie et la défense des Droits de l’Homme dans le monde, n’est pas chanter l’éloge de l’ancienne métropole du Mali, mais une façon de lui rappeler certains de ses Devoirs passer sous silence depuis des nombreuses décennies ; notamment l’aspiration des peuples autochtones, à la démocratie, à la souveraineté et à la liberté.
Que la France se souvienne des lettres de chefs des tribus de l’Azawad adressées au Général DE GAUL dans les années 50 demandant toutes l’Indépendance et la souveraineté pour le peuple azawadi. Ces lettres et bien d’autres documents secrètement gardés dans les archives de l’histoire coloniale de la France, témoignent plus aujourd’hui qu’hier de notre aspiration à la liberté et à l’émancipation, mais aussi à la démocratie et au Droit des peuples à la souveraineté.

La France reste et demeurera toujours l’amie de l’AZAWAD. Pour consolider cette amitié vieille de plusieurs décennies ; elle doit exécuter tous les devoirs que lui imposent ses ambitions de Démocratie et de Justice Universelle. Pour ce faire, elle doit de prime abord défendre cette cause combien juste et noble, devant les Tribunes Internationales ainsi que devant tous les Organismes Internationaux de défense des Droits de l’Homme, en brandissant les preuves de notre marginalisation ; de l’aberration de notre Histoire dont le Mali a déchiré toutes les pages qui retracent la vaillance de notre peuple, son aspiration à la souveraineté et l’authenticité de sa culture. Les preuves des atteintes portées à notre Civilisation : notamment les pillages de tous ordres de notre culture si légendaire.

- Les preuves de non assistance au peuple en danger : les catastrophes naturelles,telles les sécheresses des années 1963 ; 1973 ; 1980 ; 1984 ont eu comme contrecoups des grandes famines et des maladies tropicales mortelles qui, ont décimé une grande partie de notre peuple ;
- Les preuves de l’asphyxie de notre économie : les mêmes sécheresses ont également eu pour corollaires la déchéance de l’environnement et autres maladies animales qui ont anéanti l’essentiel du cheptel base de l’économie du peuple de l’AZAWAD.

Des autres grandes démocraties du monde : les Etats-Unis, la Grande Bretagne et la Russie, nous attendons un soutien proportionnel aux valeurs démocratiques, sociales et judiciaires que ces grandes Nations défendent.

Au sujet de l’aspiration à l’émancipation et au droit des peuples à la souveraineté, un sage de chez nous s’interrogeait en ces termes : « Faut-il qu’un peuple disparaisse, pour qu’on sache réellement qu’il existe ?»

Il est grand temps que Justice soit faite !

Le M.N.L.A : c’est notre choix, la lutte politique et intellectuelle c’est notre Droit, et l’Azawad c’est notre Toit !

Vive la démocratie, vive l’aspiration des peuples à la souveraineté, vive la liberté d’expression et vive l’AZAWAD !

APPEL à l’Unité du peuple de l’AZAWAD

Le Mouvement National de l’AZAWAD appelle à l’unisson l’ensemble des tribus Azawadiennes.
Cette unité est la condition sine qua none pour atteindre le but ultime vers lequel nous tendons.
La conscientisation de toutes les filles et de tous les fils de l’Azawad est la chose dont nous avions le plus besoin aujourd’hui que jamais, car nous entamons une lutte longue et éprouvante : éprouvante parce que l’occupant de notre territoire et ses acolytes ont dressé devant nous beaucoup d’obstacles qu’il nous faut franchir ; longue parce que l’oppresseur et ses compères nous ont tendu des nombreux pièges qui prendront du temps à déjouer.

Chers frères et sœurs, cher Peuple de l’AZAWAD, à chaque fois que vous émettiez un doute au sujet des idéaux que nous défendons, figurez-vous que la lutte que mène le M.N.L.A est juste et nécessaire. Cette justesse se justifie par l’occupation de notre terre natale, l’oppression de notre Peuple et l’exaspération de nos sœurs et de nos vieillards.
A un contemporain de dire <>
Chers frères et sœurs, souvenez-vous que le Peuple de AZAWAD était jadis uni comme un seul homme c’est pourquoi il opposa une résistance farouche aux colons français malgré le déséquilibre des forces en présence dans les années 1900.

Pour nous affaiblir et détruire notre Unité, le colon scinda notre Peuple en Tribus sans demander notre avis c’était la politique de : diviser pour mieux régner.

- Avant-hier encore pour déstabiliser l’Unité du Peuple de AZAWAD et affaiblir nos forces, l’occupant malien dressa des frères qu’il organisa en milice armée contre des frères. Une tentative des plus malicieuses pour déchirer le tissu social azawadien. C’est dire combien le Mali nous redoutait et nous redoute toujours.

- Hier, il s’était servit de nos frères comme bouclier humain pendant les conflits armés de : 1990 ; 2006 et 2009.
- Aujourd’hui lorsque nous avions compris son stratagème et changer de fusil d’épaule pour sortir du joug et de l’oppression dans lesquels il nous a maintenu depuis plus de 50 ans, celui-ci change de stratégie.

Le Mali est en train d’organiser au moment où nous écrivons ces lignes des frères en milices politico judiciaires sous la couverture d’associations et autres O.N.G locales. Cette abominable idée vise la constitution d’un contre-pouvoir politico judiciaire qui ne dit pas son nom aux fins de nous dresser socialement, culturellement et politiquement les uns contre les autres. Parce que la lutte que nous menons aujourd’hui est politiquement et juridiquement légitime à tous égards. Et que l’option d’une quelconque répression est écartée à tout point de vue.
Le Mali use de tous les moyens à sa disposition pour nous discréditer et ternir l’image de notre Peuple.

Aujourd’hui, il nous taxe de tous les mots : esclavagistes, racistes, bandits armés, narco- trafiquants, terroristes….mais tout ça n’est que pur mensonge !
C’est parce que nous avons malgré l’occupation et l’oppression enregistrer des progrès notoires depuis 1960 à nos jours sur tous les plans.
Socialement et culturellement, notre Histoire et notre Identité se sont affirmées aux yeux du monde entier ; économiquement nous constituons un poids de taille dans la balance économique sous- régionale et politiquement nous nous sommes imposés en affirmant à qui de droit notre engagement à reconquérir notre terre : l’AZAWAD.

O Peuple azawadi ! N’est-il pas temps de t’en rendre compte des agissements combatifs du Mali et de ses autorités politiques et te réconcilier avec toi-même ?

L’envol de l’unité à laquelle nous appelons aujourd’hui fut donné par nos ancêtres au début du 20e siècle lorsque des armées bien structurées et organisées croisèrent le fer aux colons français dans l’AZAWAD.
Qui ne se souvient de Fihroun AG AL Ensat, de Kaocen AG Kedda, Soni Ali Ber, Askia Mohamed, Askia Daoud, de Zeyd AG Attaher, de Alla AG Albacher, de Mossa AG Amistane ,de Arrigoullane , Illadi Ag Alla, Mohamed Ali Ag Attaher, de Chaboune… ?
ou encore les tous récents : Mano Ag Dayak et Ibrahim Ag Bahanga.

Il est un devoir de conscience pour nous de parachever l’œuvre qu’ils entreprirent.

Pour ce faire, tous les cadres et autres intellectuels azawadis à la solde du gouvernement malien, ceux de la Diaspora, et tous ceux qui sont encore retissants doivent faire allégeance au M.N.L.A pour consoler nos sœurs et nos vieillards de leur exaspération et faire échec aux manœuvres politiciennes des détracteurs visant à faire de nous des éternels assujettis.

Souvenez-vous avec un artiste de chez nous que <> . Bannissons les querelles intestines et les conflits inter et intra communautaires fratricides qui ont jalonnés l’histoire récente de l’AZAWAD et ont meurtri son vaillant peuple pour opposer à toute entreprise désobligeante l’union des cœurs et des esprits dans cette lutte politico judiciaire acharnée où que nous soyons !

O Peuple de l’AZAWAD !<< éloigner vos tentes et rapprocher vos cœurs>> !

C’est à ce prix là seulement qu’on peut faire de l’AZAWAD une terre d’accueil, d’hospitalité légendaire, de Paix, un Pays verdoyant où nos sœurs chanteront le Paradis aux rythmes de la guitare, du tendé et des parades des dromadaires !

Vive la démocratie, vive l’Unité du Peuple de l’Azawad et vive le M.N.L.A !

الاثنين، 14 شوال 1432 هـ

Interview with Abdoulahi ATTAYOUB, President of the organization "Survival Tuareg-Temoust"

Interview with Abdoulahi ATTAYOUB, President of the organization "Survival Tuareg-Temoust" http://www.un-ngls.org/spip.php?article3560 1. Could you tell us a little about the activities in your community and how you organize your work? What are some of your organization’s main objectives? Our organization "Survival Tuareg-Temoust" aims to promote the rights and interests of the Tuareg people around the world. It works to raise awareness of Tuareg culture through events (exhibitions, lectures, projections ...).Temoust also conducts advocacy work in international forums to raise awareness of the living conditions of the Tuareg people in their respective countries (Niger Mali, Algeria, Libya, Burkina Faso). 2. What are some
of the main issues emerging from the discussions at the 4th session of the Expert Mechanism? What do you expect to get out of it that you can take back home with you? Participation in the 4th session of the Expert Mechanism on Indigenous Peoples allows us to express the situation of the Tuareg people. It gives us an opportunity to discuss the relationships that the Tuareg communities have with their respective States and their position relative to the policies implemented by these States. This concerns the participation of Tuareg people in decisions that affect them. It is about exercising their right to decide on their own future and on development policies appropriate to their natural and socio-cultural environment. Also, we were able to discover the experiences of other organizations around the world. Exchanges with other delegations have enriched us and allow us to have a better understanding of our methods of action to pursue our objectives in the future 3. In your opinion, what are some of the main obstacles holding back progress in the full implementation of the UN Declaration of the Rights of Indigenous Peoples? For the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples to be effective in the countries concerned, States must recognize its importance and the progress it can make as a basis for better governance. 4. What do you feel the UN System could do to help ensure the implementation of the recommendations stated in the Declaration at the national level? The UN should conduct awareness raising campaigns among governments and indigenous organizations informing them about the importance of the Declaration. Seminars and training sessions should be organized in the countries concerned to benefit institutional stakeholders and indigenous communities. The UN should also follow the human rights policies of States more closely, in particular those that concern indigenous peoples. In Africa the question of peaceful coexistence between different communities is essential in that it determines, to some extent, the rule of law. It is essential that a State can play an impartial role and ensure a balance that can stabilize a country. The UN should address this issue in its discussions with Member States. Moreover, the Expert Mechanism should o perate as a diagnostic tool that would alert the UN system on often ignored issues, because until today, indigenous peoples have no appropriate frameworks to address them.

Interviews de Moussa AG Acharatoumane avec une agence des Nations Unies sur la question autochtones et les touaregs dans l'Azawad. L'interviews est en anglais.)

1. Could you tell us a little about the activities in your community? What are some of the main objectives? My community (Tuareg) undertakes various activities to gain greater autonomy and to improve our conditions of life in the Sahara, notably in the Azawad (North Mali). The Tuareg in the Azawad are a population of nomadic origin – we move from one place to another according to the seasons and according to the pastures for our flocks. Since Mali’s independence, the Tuareg in the Azawad have been on a very difficult footing with the country’s central government as they have experienced oppression and marginalization – under the silence of the international community. Although, in 2006, agreements were signed that would grant the Tuareg with more autonomy over their territory, hostilities continue up to this day. New phenomena, such as illegal trafficking and terrorism are harming the indigenous populations. Moreover, the problems of climatic and environmental order are leading the Tuareg into poverty since they are loosing their main source of income which is based on livestock commerce. A change for the Tuareg would mean that their claims are taken into account, that they are given the right to manage their own internal matters and therefore would be able to gain back the liberty they lost since their lands were taken away.
2. What brings you to the 4th session of the Expert Mechanism? What are some of the main issues emerging out of this year’s discussions? What do you expect to get out of it that you can take back home with you? There are multiple reasons for my participation in this session. Meetings such as the EMRIP (Expert Mechanism on the Rights of the Indigenous Peoples) are a rare occasion for young Tuareg to be able to raise questions about the situation of the Tuareg in the Azawad in an international context; and to express the claims of their people. This year, the debate turned mainly to the following themes: “participation in decision-making,” “implementation of the Declaration on the Rights of the Indigenous Peoples,” and “the right of the Indigenous Peoples to education.” I have high expectations concerning the results of this fourth session of the EMRIP, especially in terms of the implementation of the Declaration. Moreover, I have high expectations concerning the raising of awareness among other indigenous delegates on the situation of the Tuareg in the Azawad. 3. In your opinion, what are some of the main obstacles holding back progress in the full implementation of the UN Declaration of the Rights of Indigenous Peoples? I will define three obstacles: 1. The delay of the application of this Declaration: First, it is a Declaration that is ignored by concerned populations. For example, very few Tuareg in the Azawad know about this Declaration. Therefore, there is a lot of work that must be done in raising awareness and, according to me, this could be done with the help of local native organizations and other civil society organizations to increase the popularization and broadcasting of this Declaration among indigenous populations. 2. The implementation of this Declaration could be realized if the UN system would give more support to indigenous organizations in order to reinforce their capacity to work with security and serenity. It would also be important for the organizations to find a field of work where they don’t need to be dependent on the central government. In the case of the Azawad, this would allow us to obtain liberty in our actions in the field and that can only be constructive for our populations. 3. There should be a system that obliges the countries that adopted this Declaration to increase their involvement in facilitating the work for the implementation of this Declaration, because the countries are generally the first ones to violate the items of this Declaration. 4. What do you feel the UN system could do to help ensure the implementation of the recommendations stated in the Declaration at the national level? What about in terms of promoting and protecting the rights of the more vulnerable groups within indigenous populations, including women, the disabled and the elderly? What about their participation in decision-making processes? The UN system should start by guaranteeing a certain liberty of work for the populations within States. It should also try to work more closely with the organizations on the ground by using those UN agencies that collaborate regularly with native’s organizations. In terms of the most vulnerable groups of the indigenous populations, there is a small exception in the Tuareg population; and that is the case of women. Women have always enjoyed many liberties and play an important role in promoting our rights. In the Tuareg community the women are engaged in many areas, some of them are engaged in the process of implementation of the Declaration. Also, women have always taken the role of knowledge possessors in our community; they are in charge of the teaching of the Tifinagh (Tuareg alphabet) to the children; and they compose most of the poems destined to encourage the men or teach the young the values of the Tuareg. They are also involved in political matters. An example of this is the association of the women of the Azawad created in Kidal some months ago. The UN should help these women through its different agencies to advance the indigenous questions in the Azawad. The role of a Tuareg woman within its community is an example to be explored in the framework of the emancipation of women at all the levels. 5. Which recommendations would you have for the Expert Mechanism to present at the Human Rights Council? Propositions: 1- Create special structures that will accompany the vulnerable people in their actions, to let them benefit to the maximum from financial support and from the acceptance of States at the different levels. 2- To allow more women to participate in the different meetings of the Expert Mechanism so that they are able to understand the issues at hand and take these issues into account into their activities. 3- The youth represent an important force with youth movements emerging around the world asking for a change in the highest levels of States and systems of governance. It is relevant in my opinion to try to accompany these young people in their actions, in their fight against all injustice in the world. http://www.un-ngls.org/spip.php?article3560

الخميس، 10 شوال 1432 هـ

La Communauté Touarègue, victime à la fois des pro-Kadhafi et des anti-Kadhafi.

Communiqué de la Coordination Touarègue pour la Libye Le 8 septembre 2011 La Communauté Touarègue, victime à la fois des pro-Kadhafi et des anti-Kadhafi. Dans une récente alerte nous faisions état de la situation humainement désastreuse que vit la communauté Touarègue en Libye, pourchassée et assassinée par les insurgés au lendemain de la prise de Tripoli, ayant pour conséquences des fuites collectives vers les frontières algériennes et constitution des camps de réfugiés. Depuis hier, les pro-Kadhafi se sont à leur tour donnés à des exactions contre les Touaregs au motif qu'ils auraient décidé de se ranger du côté du Conseil national de transition (CNT). Depuis, tous les Touaregs du sud libyen ont fui vers les localités algériennes de Tarat et de Tinalkom, à 150 kilomètres de Djanet. Les insurgés et les pro-Kadhafi ne font plus la différence entre un Touareg libyen et un autre Touareg, ils sont bien décidés à les mettre « hors de la Libye ». Or, les 600 000 Touaregs libyens n'ont pas l'intention de se sacrifier, de quitter leur nation et de se retrouver exilés au motif qu'ils auraient dans un premier temps, soutenu un camp et dans un second temps l'autre camp. Nous en appelons à l'ensemble de la population libyenne de cesser immédiatement ces exactions pour l'intérêt et pour la cohésion de toute la Libye. En effet, la Libye de demain aura besoin de toutes ses forces vives pour se reconstruire et pour ne pas laisser une porte ouverte au chaos, à la guerre civile et à la mise sous-tutelle étrangère. Les parties à la conférence régionale sur la sécurité au Sahel doivent féliciter l'Algérie pour avoir accueilli les réfugiés Touaregs et l'encourager à ouvrir davantage ses frontières pour les nouveaux réfugiés et ce, jusqu'à ce qu'une solution durable soit trouvée. Ces parties ne doivent pas en outre laisser pour compte les nombreuses familles qui appellent au secours sous le prétexte qu'elles représentaient une source d'insécurité et d'instabilité pour la sous-région du seul fait qu'elles reviennent de la Libye, fuyant les atrocités et autres crimes dont elles font l'objet. Le Sud libyen, connu comme étant le territoire Touareg, n'abrite pour ainsi dire plus aucun Touareg à l'heure actuelle. Ils ont tous été chassés manu militari. Ce « génocide » doit cesser et l'opinion internationale doit contribuer activement à sa fin. Nous ne pourrons par ailleurs que regretter le silence préoccupant de la France sur ce sujet, elle qui a œuvré pour la libération de la Libye et qui a toujours eu et entretenu des liens étroits avec le peuple Touareg. Ishaq Ag Al Husseyni, Coordination Touarègue pour la Libye, Contact : coordination.touaregue@gmail.com